Lettre pastorale du Carême 2014

[ point evaluation5/5 ]1 people who voted
Đã xem: 1427 | Cật nhập lần cuối: 2/6/2016 10:31:10 AM | RSS | Bản để in | Bản gửi email

Archidiocèse de HO CHI MINH VILLE

 

Lettre pastorale du Carême 2014


A vous, mes frères prêtres,

Religieux, religieuses et laïcs,

De la Famille diocésaine

 

Chers Frères et Sœurs dans le Christ,

 

En ce début de carême, l’Eglise nous propose une prière : « Mon Dieu, aujourd’hui nous jeûnons, à  cette époque de lutte spirituelle contre les puissants esprits maléfiques, s’il Vous plait, aidez-nous à vivre austèrement ce jour » (Prière du mercredi des Cendres). Ainsi, le Carême est la saison du combat spirituel contre l’esprit du mal, le moment de surmonter le vieil homme pour devenir le nouvel homme à l’image du Christ ressuscité.

 

Pour être en mesure de gagner cette bataille spirituelle, il faut évaluer clairement notre état spirituel, et les moyens à notre disposition pour améliorer notre force spirituelle.

 

En 2014, en message du carême, le pape François à déclarer trois formes misérables de la vie humaine. Nous avons tous la même condition physique, le droit universel de vivre dans des conditions dignes de la vie humaine, les droits et besoins de bases tels que la nourriture, l’eau, les emplois. Deuxièmement, la misère morale, l’esclavage du péché et des mauvaises habitudes comme la toxicomanie, l’alcoolisme, le jeu, la passion charnelle. Et enfin nous sommes spirituellement pauvres, quand nous vivons loin de Dieu, nous rejetons l’amour de Dieu.

 

Nous n’avons pas la chance de vivre tous la même force et forme physique, mais nous nous laissons vivre dans un état spirituel et moral misérable à causes de l’esclavage du péché et des mauvaises passions. Chaque personne a besoin d’explorer sincèrement, de reconnaitre l’état de son âme devant Dieu. Nous sommes ses patients et pour être traités, Il a besoin de notre désir de consolider notre foi et nos faibles efforts.

 

Pour nous aider dans notre pratique et notre vie spirituelle, la tradition de l’Eglise à soulignés trois vœux pieux que sont le jeûne, la prière et la charité.

 

Le Jeûne ne concerne pas seulement le mercredi des cendres et le vendredi saint, mais également un travail d’épuration de l’âme en apprivoisant nos vices, réduisant nos arrogances pour nous rapprocher de Dieu.

 

La prière élève les cœurs à Dieu, met les choses au regard de la lumière Divine et révèle ce qui est le plus semblable à Dieu, qui nous rapproche et nous fait appartenir plus pleinement à Dieu.

 

Les œuvres de charités enfin nous aident à sortir de nous-mêmes, renforce notre considération pour les besoins des autres, nous rend sensible à leur souffrance pour mieux les aider à l’image de Jésus : « Car vous connaissez la grâce de notre Seigneur Jésus Christ, qui pour vous s'est fait pauvre, de riche qu'il était, afin que par sa pauvreté vous fussiez enrichis » (2 Co 8,9).

 

Nous vivons dans une culture familiale évangélique, mettant ainsi l’Esprit de l’Evangile au centre pour qu’il imprègne la vie de la famille. Par conséquent, nous sommes appelés à vivre l’esprit de jeûne, la prière et la charité en famille.

 

Le jeûne de la vie de famille est restreint par des gestes et des mots d’impatience provoquant la discorde et la division. A l’inverse, concentrons-nous sur les paroles douces et agréables, Paul nous a avertis : « Qu'il ne sorte de votre bouche aucune parole mauvaise, mais, s'il y a lieu, quelque bonne parole, qui serve à l'édification et communique une grâce à ceux qui l'entendent. N'attristez pas le Saint-Esprit de Dieu, par lequel vous avez été scellés pour le jour de la rédemption. Que toute amertume, toute animosité, toute colère, toute clameur, toute calomnie, et toute espèce de méchanceté, disparaissent du milieu de vous » (Ephésiens 4,29 à 32).

 

Intégrons la prière à la famille en y passant chaque jour du temps ensemble. Dans la prière, louons et rendons grâce à Dieu pour les bénédictions reçues. Ecoutons la parole de Dieu pour éclairer et guider nos vies. Demandons instamment à Dieu de consoler la souffrance, de nous soutenir dans les moments difficiles et de nous aider à maintenir la paix en toutes circonstances. La prière en famille est ce qui l’unit à Dieu, mais aussi les personnes associées à nos familles, protégeant ainsi la paix et le bonheur du foyer.

 

Participons en famille à la charité. Tout d’abord par la charité envers ceux qui vivent sous le même toit. « Soyez bons les uns envers les autres, compatissants, vous pardonnant réciproquement, comme Dieu vous a pardonné en Christ » (Ep 4, 32). En outre, la bienfaisance doit se diriger à l’extérieur du cadre familiale. Autour de nous savons-nous combien de frères et sœurs vivent dans la pauvreté, la privation ? Face à cette réalité, le pape François nous rappelle : « lorsque nous rencontrons les pauvre et les souffrants, nous voyons le visage du Christ, son amour. En les servant, nous aimons et servons Christ lui-même. Nous devons aussi tenter de faire cesser les violations de la dignité humaine, la discrimination et la violence dans le monde, parce que c’est souvent el prétexte pour créer la misère » (message pour le Carême 2014).

 

Chers frères et sœurs,

 

Par l’intercession de la Sainte Famille, prions Dieu le père riche en miséricorde de toujours garder vos famille dans son amour. Je souhaite que le carême en cette nouvelle année soit une occasion favorable pour le jeûne spirituel, la prière, pour que l’amour pénètre la vie de famille. Ainsi, nous pouvons devenir des témoins de l’amour et de la miséricorde de Dieu pour nos entourages. »

 

 

Cathédrale Métropolitaine ; Archidiocèse d’Ho Chi Minh Ville

Carême 2014

Lettre pastorale du Carême 2014

Traductrice: Constance